FR|EN|AZ

Jeux Européens: une chance pour l'Azerbaïdjan

24 June 2015

FIGAROVOX/TRIBUNE - Les premiers Jeux Européens ont débuté à Bakou en Azerbaïdjan le 12 juin dernier. Face aux critiques qui entourent l'évènement, cette tribune appelle à découvrir les réalités de ce pays et à l'accompagner dans son développement.

Présents à Bakou pour l'ouverture des Premiers Jeux Européens nous avons pu constater leur parfaite organisation, l'enthousiasme populaire qu'ils suscitent et la capacité de l'Azerbaïdjan à relever les défis qui sont les siens, bien loin des critiques acerbes et récurrentes assénées sans aucun discernement.

En 30 mois, temps record, l'Azerbaïdjan a su réaliser tous les équipements les plus performants pour accueillir dans les meilleures conditions 50 pays, 6000 athlètes et 20 disciplines sportives. Immense défi dont la réussite ne tient que partiellement aux moyens financiers engagés et beaucoup plus à la volonté, à l'énergie et au savoir-faire de tout un peuple fier de ses racines historiques et culturelles, comme l'a si bien montré la cérémonie d'inauguration mais ouvert aux autres et si soucieux des valeurs de l'hospitalité et de la fraternité de l'olympisme que même l'Arménie, engagée dans un tragique et injuste conflit territorial avec l'Azerbaïdjan, est à sa place, comme les autres dans ces compétitions sportives et pacifiques.

Si l'on en croyait les commentateurs lointains la population azerbaïdjanaise subirait l'événement et même le rejetterait alors qu'il suffit d'avoir vu et entendu l'enthousiasme des 68 000 spectateurs de la cérémonie d'ouverture ou déambulé avec les familles qui, le soir venu, viennent participer joyeusement à tous les événements liés aux Jeux pour comprendre que c'est tout un peuple qui est fier d'accéder à l'olympisme. C'est l'occasion privilégiée de faire connaissance aux terrasses des bistrots avec une population très majoritairement de religion musulmane mais où le voile est rare dans un pays où les femmes ont eu le droit de vote 30 ans avant les Françaises et où chiites, sunnites, juifs et chrétiens vivent harmonieusement dans un respect mutuel alors qu'ailleurs les religions s'entrechoquent tragiquement.

Enfin, l'Azerbaïdjan est toujours confronté à de multiples défis à commencer par celui permanent, de son indépendance soumise à la pression de la Russie au Nord, de l'Iran au Sud et du conflit arméno-azerbaïdjanais à l'Ouest. D'où la demande d'Europe et tout particulièrement de France à laquelle, les critiques systématiques risquent de porter une atteinte irrémédiable. Plutôt que de dénigrer ce jeune État qui n'a accédé à son indépendance que depuis 24 ans accompagnons-le dans ses progrès politiques, économiques et sociaux. Ce qui nous a touché à la lecture de la presse française c'est l'injustice commise à l'égard de l'Azerbaïdjan et de ses dirigeants en les condamnant sans débat alors qu'il suffirait de venir s'informer ici des réalités du pays. Peut-on espérer qu'un jour on écrira sur Bakou de Bakou et pas exclusivement de Paris?

Signataires:
Jean-François MANCEL - Député, Président de l'Association des Amis de l'Azerbaïdjan
André RECHARDT - Sénateur, Président du groupe d'Amitié France-Caucase
Nathalie GOULET - Sénateur, Vice -présidente de l'Association des Amis de l'Azerbaïdjan
David DOUILLET - Député, Ancien Ministre
Yves JEGO - Député, Ancien Ministre
Georges FENECH - Député
Jean-Luc REITZER - Député
Yves FOULON - Député
Jérôme LAMBERT - Député
Sylvie GOY-CHAVENT - Sénateur
Christian NAMY - Sénateur
Jean-François LEGARET - Conseiller de Paris, Maire du 1er arrondissement de Paris
André VILLIERS - Président du Conseil Départemental de l'Yonne
Patrick GENDRAUD - Maire de Chablis, Conseiller départemental
Robert HOSSEIN - acteur, réalisateur
Marc RESTELLINI - Président de “Pinacothèque de Paris”
Reza DEGHATI - Photographe
Pierre CHEREMETIEFF - Président de l'Association des Russes de l'Etranger
Auteur:   FigaroVox
Source:   http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2015/06/22/31002-20150622ARTFIG00218-jeux-europeens-une-chance-pour-l-azerbaidjan.php

Retour à la liste